Demter Geschäftsstelle / Juni 2021

Un portrait de la ferme Arc en Ciel dans Terre & Nature : Deux fois par mois, on part à la découverte d’une exploitation agricole de Suisse romande proposant ses produits en vente directe et présentant de bonnes adresses.

Terre & Nature | texte: Lila Erard | photo: Thierry Porchet

Lire l’article original

Cédric Chézeaux, fils Samuel et le blé : «Il y a un intérêt grandissant de la part des professionnels de ce secteur et des clients. C’est une bonne nouvelle!»

Quand Cédric Chezeaux était enfant, la ferme de sa famille, à Juriens (VD), était spécialisée dans la production laitière, l’élevage bovin et le fourrage, comme la plupart des exploitations du village. Lorsqu’il a repris le domaine en 2005 avec son épouse Christine, le Vaudois a décidé d’emprunter une tout autre voie, en se tournant vers la culture de céréales anciennes et l’élevage de chèvres.

Son idéal: une agriculture biologique, vivrière et autonome, replaçant l’humain au cœur des échanges. «En tant que jeune parent, je souhaitais adopter un mode de production plus proche du vivant», se rappelle-t-il. En 2013, il a complètement arrêté la production de lait, afin de se diversifier et limiter les intermédiaires. Une décision pleine de sens qui avait fait l’objet d’un documentaire intitulé Révolution silencieuse, de la réalisatrice Lila Ribi, en 2016. «Aujourd’hui, nous travaillons selon les principes de la biodynamie, avec très peu d’intrants. Nous sommes redevenus les acteurs de notre métier», sourit le paysan en nous ouvrant les portes de son domaine, baptisé la ferme Arc-en-Ciel.

Agriculture libérée

Sur l’exploitation vaudoise, 25 hectares de céréales modernes et anciennes sont cultivés. D’ici la fin du mois, la caméline, le lin, les lentilles, l’épeautre, l’engrain et différents types de blés pourront être récoltés. «Toutefois, certaines cultures, comme les blés anciens, sont pour l’instant couchées au sol à cause des récentes pluies. On espère que la météo des prochaines semaines sera plus clémente.» Quant au sarrasin, il a été semé au mois de juin et arrivera à maturité en octobre. Une fois moissonnées, les céréales seront moulues sur place grâce à un moulin à meule de pierre permettant de conserver le germe, soit la partie noble du grain.

Des farines authentiques

Les farines de la famille Chezeaux sont vendues dans le magasin en vente directe, qui est tenu par Christine, ainsi qu’à des boulangers de la région. «Il y a un intérêt grandissant de la part des professionnels de ce secteur et des clients. C’est une bonne nouvelle!», se réjouissent ces parents de six enfants. Une cinquantaine de chèvres sont aussi élevées sur le domaine. Leur lait, transformé sur place, est utilisé pour confectionner des tommes bios. Douze cochons sont également nourris grâce aux sous-produits de la fromagerie et de la meunerie. Enfin, des vaches permettent de valoriser le fourrage. Viande fraîche et produits de charcuterie sont proposés aux clients. «Pour la conservation, nous avons banni le sel nitrité, mauvais pour la santé. Nous préférons utiliser du sel marin et des épices», précise Cédric.

En attendant de pouvoir commencer les moissons, le paysan et son fils Samuel préparent les machines qui serviront à réceptionner, trier et sécher les graines. En parallèle, des visites à la ferme sont organisées. «Il est important de montrer qu’une autre forme d’agriculture est possible, afin de laisser une terre vivante et saine aux prochaines générations.»

Plus d’infos

Rue du Merelez 1, Juriens. Le magasin est ouvert le mercredi de 16 h à 18 h et le samedi de 9 h 30 à 11 h 30, www.fermearcenciel.ch